L'héritage d'une personne adoptée

Partagez

CAS PRATIQUE. Fabrice, 35 ans, s'interroge sur sa situation familiale. Adopté à l'âge de deux ans, il souhaite savoir s'il va bénéficier des mêmes droits que son frère et sa sœur lors de la succession.


Avis de la rédaction : dans le cadre d'une adoption plénière, la personne adoptée devient l'enfant légitime de ses nouveaux parents. Il obtient donc les mêmes droits et devoirs qu'un enfant naturel. Lors du décès de ses nouveaux parents, il sera héritier réservataire, au même titre que son frère et sa sœur. A l'inverse, il ne pourra pas prétendre à l'héritage de son ancienne famille.

L'adoption plénière ou simple. Réservée au mineur, l'adoption plénière permet à la personne adoptée de devenir membre de sa nouvelle famille à part entière. A l'inverse, l'adoption simple est utilisée pour une personne majeure. Aux yeux du fisc, elle ne peut bénéficier des mêmes droits que les enfants naturels. L'adoption simple est souvent utilisée par un oncle qui adopte son neveu orphelin, afin de ne pas rompre les anciens liens familiaux.

>> Retour à la liste des témoignages

 

Réseaux Sociaux